Costumes

Les costumes des hommes: dans le massif de l’Alpstein, le costume des vachers est extrêmement coloré. Les costumes des deux cantons d’Appenzell ne se distinguent de ceux du Toggenburg que par les motifs de la broderie présente sur la veste rouge, appelée «Brusttuch». Le costume du vacher se compose aussi d’un pantalon brun de tissu métis. La culotte courte en cuir serrée, la «Gääle», remplace le pantalon pour le costume des jours de fête. Les deux vêtements sont ornés d’une chaînette de montre en argent, décorée de pièces et de médailles, et complétés par des bretelles aux motifs de vache figurant sur des ferrures en laiton. Le même motif apparaît sur les boucles argentées des chaussures traditionnelles noires. Les mi-bas et la chemise sont d’un blanc éclatant. Sur la chemise est brodé le symbole de l’inalpe, le «Chüelisteg». Le costume est complété par le «Ohreschueffe», une boucle d’oreille avec une courte chaînette débutant avec la tête d’un serpent et au bout de laquelle pend une petite louche à crème. Sur la tête, les vachers portent un képi en cuir découpé sur le bord et coloré, ou bien un chapeau de feutre noir décoré de fleurs multicolores. La «Fueterschlotte», une veste jaune en lin brodée, les protège du froid avec ses manches longues et sa doublure. Quel que soit le costume, le vacher porte un bouton de col doré, appelé «Brosche».

Le costume du dimanche appenzellois est entièrement brun. Il comprend aussi la «Brusttuch» non brodée ainsi que la blouse et le pantalon de tissu métis, le «Fladenhut» (sorte de béret) noir et un bouton de col noir.

La pipe utilisée traditionnellement au quotidien est la «Lindauerli», avec un capuchon en argent.

Les costumes des femmes: le costume féminin traditionnel des Rhodes-Extérieures a presque totalement disparu vers la fin du XIXe siècle. Avec l’avènement au début du XXe siècle d’un sentiment national et de la conscience de l’appartenance à une patrie, les associations pour les costumes et la préservation de la patrie se mettent à créer un «Kleid der Heimat» (habit de la patrie). Paul Tanner (1882-1934), peintre originaire d’Herisau, redessine en 1925 le costume traditionnel et du dimanche des Rhodes-Extérieures, encore porté à ce jour. Le costume dominical porté par l’habitante des Rhodes-Extérieures se compose d’une blouse bleue par-dessus laquelle rehaussé d’un fichu noir en tulle travaillé au point de chaînette, et d’un corsage en soie à bretelles largement décolleté. Le tout est complété par une jupe en laine à rayures verticales, appelée «Jupe», un tablier en taffetas de soie chatoyant et une coiffe en soie noire ornée de petites ailes en tulle avec une bordure en dentelle blanche. Le bijou sobre en filigrane permet de distinguer le statut de la femme: l’argent pour les célibataires, l’or pour les mariées. Les différents costumes portés en semaine dans toute la Suisse se ressemblent beaucoup: une jupe droite et une blouse blanche. Dans les Rhodes-Extérieures, la jupe présente souvent un motif de rayures ou de points, le «Nollen», en tissage à point plat. Cette sorte de tissage, dont les motifs rappellent la broderie, était réalisée entre 1830 et la première moitié du XXe siècle en Suisse, dans les districts appenzellois du Hinterland et du Mittelland, avant d’être exportée partout dans le monde.

 

Zur Übersicht