Le "Bloch"

Le jour du «Bloch», on tire un tronc d’arbre appelé «Bloch» en cortège dans toute la région. À l’époque, on trouvait ce type de cortèges dans diverses parties d’Europe mais de nos jours, cette tradition n’existe plus que dans l’arrière-pays d’Appenzell. Les premières sources évoquant les cortèges du «Bloch» ayant eu lieu dans cette région datent du XIXe siècle.

On considère aujourd’hui que cette tradition consistait, pour le propriétaire d’une exploitation forestière, à offrir un sapin à ses employés en signe de reconnaissance. Mais ce cortège, où le feu, le bruit, les chants, les dictons et divers personnages comme les «Bajassen» (personnages réclamant de l’argent, paillasses) sont très présents, pourrait aussi être issu des coutumes de carnaval dans la culture alpestre alémanique comme l’évoquent les costumes que l’on trouve jusque dans la première moitié du XXe siècle. Les vêtements actuels représentent divers corps de métiers de la forêt et des traditions paysannes.

Le «Bloch» d’Urnäsch à l’époque: une première source écrite de 1810 évoque des cortèges de forestiers dans l’arrière-pays d’Appenzell. Puis, vers la fin du XIXe siècle, on les observe à Urnäsch et Herisau. Les premières illustrations du «Bloch» d’Urnäsch datent de 1889. À l’époque, on suivait cette coutume de manière irrégulière, le lundi du «Bloch», c’est-à-dire le lundi suivant le mercredi des Cendres. Le cortège partait du Rossfall pour aller au Zürchermühle en passant par la Furt et revenait sur la place du village pour les enchères.

On ne sait pas depuis quand le «Bloch» a lieu tous les deux ans ni à quel moment il a été déplacé au lundi de carnaval. Le changement de date pourrait s’être produit entre 1897 et 1914.

Pendant les deux guerres mondiales, aucun cortège n’a eu lieu. Quand, après la Première Guerre mondiale, les gens de Herisau ont renoncé à leur cortège, ceux d’Urnäsch sont allés jusqu’à Herisau pour y mettre leur tronc aux enchères.

Le «Bloch» d’Urnäsch aujourd’hui: la société du «Bloch» d’Urnäsch organise le cortège tous les deux ans, le lundi du carnaval. Traditionnellement, on tire un tronc de sapin de cinq à six mètres, le «Bloch», sur une charrette soigneusement décorée, d’Urnäsch à Hundwil, Stein puis retour à Urnäsch en passant par Waldstatt.

Des «Kässelibuben» costumés en clowns et équipés d’une boîte à collecte précèdent le cortège lui-même guidé par des hérauts en costume historique. Le «Bloch» est tiré par des hommes en rang par deux. Leurs vêtements représentent les métiers de la forêt et du bois, par exemple les boisseliers, les charpentiers, mais aussi les agriculteurs. Un braconnier mène, attaché à une chaîne, un ours qui fait des farces aux spectateurs.

À l’avant du «Bloch», un charretier avec un long fouet. Au centre, des musiciens interprétant des mélodies spontanées. Derrière un poêle fixé au bout du tronc un forgeron est assis à califourchon. Il frappe l’enclume avec son marteau et alimente le four qui dégage une fumée épaisse. De temps à autre, il lance un pétard crépitant dans les airs.

Le conducteur du char, responsable du freinage et de la sécurité, marche à côté. À la fin du cortège, le forestier suit à cheval, portant en bandoulière un compas forestier, un instrument de mesure pour les rondins de bois.

En début d’après-midi, un comité d’accueil part à cheval et en charrette à la rencontre du cortège qu’il accompagne jusqu’à la place du village. C’est là que le «Bloch» sera vendu aux enchères. Et pour finir, tout le monde se retrouve pour une joyeuse soirée de carnaval dans les restaurants d’Urnäsch.

Le «Goofe Bloch» d’Urnäsch: c’est en 2022 que le «Goofe Bloch» d’Urnäsch a été créé. Il a lieu chaque année, le samedi qui précède le lundi de carnaval. Environ 70 enfants et jeunes y participent. Et contrairement aux autres cortèges des forestiers, le «Goofe Bloch» est aussi ouvert aux filles.

Autres cortèges des forestiers dans l’arrière-pays d’Appenzell: en plus d’Urnäsch, quatre autres lieux organisent actuellement le «Bloch» dans l’arrière-pays d’Appenzell. Contrairement à ce qui se passe à Urnäsch, il a lieu le lundi du Bloch, c’est-à-dire un jour après le «Funkensonntag» (dimanche des étincelles), le lundi suivant le mercredi des Cendres.

On trouve des traces écrites du «Bubenbloch» (cortège des garçons) de Hundwil et de celui de Stein au début du XXe siècle. En 1961, le «Bubenbloch» de Schwellbrunn et, en 2012, le «Bloch» des adultes à Herisau ont marqué le retour des cortèges des forestiers.

Zur Übersicht