Sculpture sur sente

Au cours du XXe siècle, la sculpture sur sente, également appelée sculpture sur chüeli, s’est développée à partir d’un passe-temps hivernal consistant à sculpter des jouets (p. ex. des vaches) ou des décorations de coiffes de Chläuse.

Parmi les précurseurs de la sculpture sur sente en Appenzell et au Toggenburg, on trouve les «Beinkühe» ou «Bechüe». Ce sont de petits objets ressemblant à des vaches, fabriqués dans des branches de sapin et n’ayant que deux jambes. Les ramifications de la branche servent de pattes et de cornes. Le terme de «Beinkühe» provient du mot «Bein» qui dans les temps anciens désignait les os. Pendant des siècles, les vaches en os de bovin ont été des jouets très appréciés des enfants.

Jusqu’à nos jours, les sculpteurs sont principalement issus du milieu paysan. Ils en connaissent tous les aspects pour les avoir vécus. Et leurs figurines en témoignent. Pendant des décennies, on a utilisé du bois de tilleul comme matériel. Mais les artisans actuels préfèrent désormais le bois d’arole, encore plus tendre et légèrement huileux. Les formes des figurines sont préfabriquées à la scie. Pour sculpter, on utilise une gouge, un couteau de poche, un cutter ou encore un outil fabriqué maison.

Au début, les sculptures représentaient presque exclusivement des courses d’alpage. D’autres motifs issus des coutumes et du quotidien paysan vinrent s’y ajouter plus tard. On représente des «Silvesterchläuse», le «Bloch», des groupes de musiciens et de danseurs, des colporteurs, des fromageries d’alpage, des intérieurs paysans ou des «Brutfuederträgete» (tradition lors des mariages/transport des biens de la mariée à dos d’homme).

Contrairement à la peinture paysanne, la sculpture sur sente est longtemps restée inconnue du grand public. C’est dans les années 1980 qu’on commence à la connaître dans toute la Suisse et qu’elle devient un objet de collection très apprécié.

Zur Übersicht